Lou Anne et Damien -

03 janvier 2016

Temps de lecture :

New Zealand

PVT Nouvelle-Zélande, c'est parti !

Partir oui, mais légalement, c’est mieux !

Comme nous l’avons dit dans le premier article, nous comptons nous envoler pour la Nouvelle-Zélande en septembre 2016. Notre but sera de voyager et de travailler pour financer ce voyage (et d’autres, qui sait ?).  Mais pour ça, il faut être en règle ! Et oui, on ne peut pas arriver comme ça en Nouvelle-Zélande, avec un simple visa touristique et travailler, sinon, si vous on attrape, hop, renvoyé en France depuis le premier avion et adieu le pays des Kiwis !  Si vous ne voulez que passer par la Nouvelle-Zélande, il est possible d’entrer sur le territoire sans visa pour une durée de séjour de 3 mois maximum.

Comme nous souhaitons rester environ un an là-bas, il nous faut un visa. Pour pouvoir travailler et voyager, nous devons nous procurer le fameux Working Holiday Visa (WHV) ou Permis Vacances Travail (PVT).  C’est assez facile de s’en procurer un, en théorie, il suffit de faire la demande sur le site de l’immigration Néo-Zélandaise, il n’y a pas de quotas ni de conditions spécifiques (pour les français) contrairement à d’autres pays. (Allez voir sur le site pvtistes.net pour plus d’informations, tout y est détaillé !)

Cependant, une fois votre WHV obtenu, il faut entrer sur le territoire dans un délai maximum de 12 mois après la délivrance du visa et il dure un an une fois que l’on est entré en Nouvelle-Zélande.

La demande de WHV ou vérifier 10 fois le numéro de son passeport !

Le dimanche 3 janvier, nous nous sommes décidés : on fait notre demande de WHV ce soir !  Je n’étais pas sûre que faire notre demande dès maintenant était une bonne chose,car en effet, si notre demande est acceptée, nous devrons aller en NZ dans les 12 mois. Or, je passe mon BTS en mai et j’aurai les résultats en juillet… Mais bon, dans tous les cas j’ai envie de partir et il y a une chance sur 100 que je n’ai pas mon BTS. Alors Damien m’a convaincue qu’il fallait se lancer et arrêter de tout le temps avoir peur et d’attendre. Oui, dans la vie, je suis une grosse trouillarde, mais ça, je vous le raconterai plus tard.

On sort nos passeports, nos cartes d’identité et… nos cartes bleues. Ben oui, il faut payer pour cette demande, que l’issue soit positive ou non. Le prix est de 208 dollars NZ, ce qui fait environ 130€. On s’installe devant notre ordinateur, avec bien évidemment le super tuto qui explique ce qu’il faut faire pas à pas pour être sûrs et certains de ne pas se tromper : http://pvtistes.net/dossiers/tutoriel-demande-de-vvt-en-ligne.

On remplit donc le formulaire avec toutes les questions sur notre identité : nom, prénom, date de naissance, adresse, numéro de passeport, état de santé…  Bon à ce stade là, j’avais déjà douté 10 fois de mon numéro de passeport, de ma date de naissance et de mon nom de famille. Stressée moi ?! Noooooon, pas du tout…

Ensuite, on répond à des questions sur notre « good character » du genre : « Avez-vous été en prison ? » ; « Avez-vous déjà été expulsé de la NZ ? ».  Bon clairement, si vous avez répondu oui à ce genre de questions, je pense que l’immigration va vous appeler ou refuser directement votre demande !

Aucun de nous n’a été en prison ni n’avons été expulsés de NZ, youpi ! Bref, on relit (ou plutôt je relis) encore le formulaire en entier avant de l’envoyer. Ensuite, on paie et voilà, on attend.

Le suspens

Une fois que la demande a été faite, on attend la réponse de l’immigration Néo-Zélandaise pour savoir si oui ou non le WHV est accordé. En théorie, ça va vite.  Si vous êtes impatients comme moi, vite, ça veut dire 24h. Mais non, il va falloir que l’on s’arme de patience car le service de l’immigration était fermé pendant les vacances de Noël donc toutes les demandes faites à cette période n’ont pas encore été traitées. Le délai annoncé est d’environ 10 jours. Selon Damien, c’est très correct… Personnellement j’en ai déjà marre d’attendre et dès que j’ai un mail, je saute dessus pour voir si c’est le visa !

Normalement, il ne devrait pas nous être refusé sauf si nous n’avons vraiment, vraiment pas de chance ! Mais j’ai hâte de recevoir la réponse pour pouvoir dire avec certitude, ou presque, car on ne sait jamais ce qu’il peut arriver : « On a notre WHV, en septembre, on part en NZ ! ».  Parce que pour l’instant, ce n’est pas vraiment officiel, nous en avons parlé à nos familles et amis proches mais c’est tout.

Une fois que l’on aura notre WHV, nous prendrons les billets d’avion je pense. Et puis, je pourrai enfin me dire pour de bon : « Rien à faire du concours du Celsa, de la licence l’année prochaine etc. »  Bon, il ne faudrait quand même ne pas trop relâcher la pression parce que partir c’est bien, partir avec un diplôme c’est encore mieux ! En attendant le WHV, le devoir (ou plutôt les devoirs) m’appelle(nt).

A très vite !